Chouette ! Revoilà la prohibition !

Publié le par Yves-André Samère

L’idée la plus stupide ferait-elle l’objet d’un concours, dans les sphères gouvernementales (comme on dit, et je n’ai jamais compris en quoi c’étaient des sphères plutôt que des cubes) ? En tout cas, en annoncer deux dans la même journée, cela montre que nos élites ne craignent pas la surchauffe.

Après le gag des jurys pour tribunaux correctionnels, voilà qu’on envisage de réprimer les clients des prostituées. Cette idée lumineuse, certes, ne dépassera pas le stade du ballon d’essai, et on prévoit qu’elle va s’aplatir comme le défunt bouclier fiscal ou la suppression totale de la pub à la télé – et par charité, je ne donne pas d’autres exemples, mais il y en a.

Pourtant, plus rien ne doit nous étonner, et la culture générale de not’ bon maît’ étant ce qu’elle est, on doit tenir compte du fait qu’il n’a jamais entendu parler, par exemple, de la prohibition de l’alcool aux États-Unis : un triomphe, qui a fait la fortune de gens aussi honorables qu’Al Capone, et beaucoup contribué à renforcer la sécurité des citoyens de Chicago et autres lieux.

Bref, on va créer une loi de plus, elle ne sera pas appliquée, puis, au bout de quelques mois, on l’oubliera. Mais entre-temps, de pauvres filles et leurs clients auront été verbalisés, et auront payé l’amende. C’est sans doute le seul but escompté, au fond.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y

Les Eros Centers, c’est une autre question : une extension des maisons closes d’autrefois, avec un soupçon de légalisation.

Mais le fond du problème, c’est que les zozos qui s’agitent en ce moment prétendent faire disparaître la prostitution. Et c’est ça qui est stupide. Je suppose que le désir larvé de ratisser le vote
des sacro-saintes familles n’est pas étranger à cette campagne bizarre, qui débouchera sur un bide, comme d’habitude.

Ce que j’ai voulu dire, c’est que TOUTE forme de prohibition est vouée à l’échec.


Répondre
D

Surtout que pas mal de pays d'Europe (Allemagne, Hollande, Espagne...) ont des Eros Centers, exactement l'inverse de ce que veut faire not' bon maître.
Actuellement une prostituée qui paie ses impôts (si si ça existe) est qualifiée soit d'infirmière ou le fisc leur attribue des professions paramédicales bidon.
Ce devrait être une profession reconnue comme une autre, hygiène et sécurité y gagneraient.
Mais aucun député ou ministre n'oseront s'emparer de ce dossier.


Répondre