Chronologie cul par-dessus tête

Publié le par Yves-André Samère

Je ne regrette pas de dire parfois que France Inter devrait s’appeler Inter Bourdes, car cette station est peuplée de cadors, qui étalent quotidiennement une science que malheureusement ils n’ont pas.

Aujourd’hui, c’est Marion Guilbaud, programmatrice des plages musicales dans On va tous y passer, qui avait invité une harpiste classique, mais a cru devoir commenter ce choix en rapportant que « le petit David jouait de la harpe devant le roi Salomon ». Je ris.

Le petit David ne risquait pas de jouer devant Salomon, qui, étant son fils, n’était alors pas né, donc encore moins roi. C’est devant le roi Saül, le premier roi d’Israël, que David a joué.

Notez deux détails. D’abord, que David était l’amant de Jonathan, le fils de Saül, qui mourut à la guerre contre les Philistins. Ensuite, que Salomon avait pour mère Bethsabée, hélas déjà mariée, et que David, devenu roi et dont la morale était plutôt élastique, avait envoyé son mari Urie à la guerre, donc à la mort, afin de pouvoir s’emparer de sa femme. Je ne ferai aucun commentaire sur le fait que les Juifs ont fait de David leur personnage le plus glorieux, au point que deux évangélistes, Mathieu et Luc, ont cru devoir en faire un ancêtre de Joseph, le père adoptif de Jésus – tout en n’étant pas d’accord sur cette généalogie, dont le parlerai un autre jour.

Mais un « ancêtre » de cet acabit, Jésus devait en être fier !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Pas étonnant que Marion Guilbaud ait confondu les nationalités : après tout, elle travaille sur France Inter. Et puis, on a échappé au pire, elle aurait pu confondre avec Mariah Carey, voire
John Le Carré.
Répondre
Y
Je tente les gens, car j’aime les voir succomber.
Répondre
X
J'ajouterais une remarque sur l'autre intervention de Marion Guilbaud dans cette émission.
Il lui arrive rarement de s'adresser aux artistes invités, mais elle l'a fait cette fois-ci pour le passage de Vance Joy. Je me suis dit que la programmatrice musicale avait préparé quelque chose
(il faut bien qu'au moins une personne à l'antenne prépare ses interventions...), et l'impression fut confirmée lorsqu'elle demanda, dans un anglais au bon accent français, quelle était l'origine
du nom de scène du chanteur.
Il répondit que 'Vance Joy' était le personnage du roman Bliss, écrit par l'écrivain australien Peter Carey, qui était devenu un auteur américain dans la version guilbaudienne...
Répondre
D
Ne me tentez pas!
Répondre
Y
Ce sont ces grenouilles qu’il faudrait jeter, mais à la rivière. Ou alors, les noyer dans leur cher bénitier.
Répondre
D
Holala! merci de nous prévenir de ces faits. Je m'en vais de ce pas prévenir nos grenouilles de bénitier locales qui, je l'espère, n'ont pas jeté leurs flacons de sels.
Répondre