Quand on est prix(s) de vertige

Publié le par Yves-André Samère

L’autre jour, je vous ai parlé de mon goût pour les romans policiers. Or, aujourd’hui, Place des Innocents, chez un des innombrables soldeurs à l’enseigne « Mona lisait » (ouarf !), j’ai déniché un recueil de nouvelles de Boileau et Narcejac, Manigances, publié chez Denoël en 1971, et soldé pour... vingt centimes. Non, je ne fabule pas. J’ai dit au jeune vendeur que les auteurs ont dû se retourner dans leurs tombes, pour être tombés à ce niveau.

Mais, en fin de compte (les cons disent « Au final »), c’est bien fait pour eux. Ces deux zigotos avaient fait un procès au maître Alfred Hitchcock, car ils n’avaient pas été contents de la manière dont il avait modifié l’histoire du roman D’entre les morts qu’ils lui avaient vendu (il dévoilait le secret de l’histoire une demi-heure avant la fin) et qui devait donner naissance à Vertigo, en français, Sueurs froides. Or le tribunal français a donné raison à ces béotiens – le film est bien meilleur que le livre –, et Vertigo a été interdit en France pendant environ vingt-cinq ans. Cette histoire est incroyable, mais totalement vraie, on ne pouvait voir le film qu’à la Cinémathèque, ou en l’important clandestinement depuis la Belgique, en se gardant bien d’imprimer des affiches !

(Je crois que, de ce livre, je vais arracher la page de garde. Son précédent propriétaire l’avait reçu avec, en dédicace, « Vœux 72 - Bisous - Les Enfants ». Bisous, non mais... Que de baffes qui se perdent !)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Pardon de vous avoir qualifiée de « Niçois », si vous êtes Niçoise. Voilà un cas où la féminisation n’est pas saugrenue !<br /> <br /> Sur le fond, j’inscris le mot litigieux sur ma liste noire.
Répondre
L
En effet, et c'est ici que je l'ai découvert. C'est pourquoi j'ai été étonnée de lire votre utilisation du verbe "affabuler".<br /> <br /> Rien de bien méchant ici, juste une petite pique en passant.
Répondre
Y
Ô, Niçois qui mal y pense, je ne suis pas condescendant, je suis rigoureux. Notre langue est ce qu’il y a de mieux dans ce pays, je m’efforce donc de ne pas la massacrer. Mais la niaiserie ne<br /> serait-elle pas de tout accepter ?<br /> <br /> Quant au lien que vous me fournissez, il n’a aucun rapport avec le sujet, qui traitait de Boileau, Narcejac et Hitchcock. D’ailleurs, le site vers lequel ce lien envoie, c’est moi qui l’ai<br /> conseillé il y a quelques jours !
Répondre
L
Feriez-vous partie de ces "niais" dont vous parlez avec tant de condescendance ?<br /> http://www.academie-francaise.fr/affabulation-au-sens-de-fabulation
Répondre