Tout le monde ment

Publié le par Yves-André Samère

Comme le dit souvent le docteur House, tout le monde ment, mais bornons-nous aux politiques. Sinon, on n’en finirait jamais.

À tout seigneur, tout honneur : Hollande ment. Selon « Le Canard enchaîné » de cette semaine en page 2, un collaborateur de l’Élysée a rapporté que son indulgence à l’égard des écolos du gouvernement, que le président de la République enverrait bien au diable s’il le pouvait, s’explique par le fait qu’il « n’a pas oublié que c’est la multiplication des candidatures à gauche qui a tué Jospin dès le premier tour » en avril 2002. Ouais... Mais les deux perturbateurs de gauche, à l’époque, s’appelaient Jean-Pierre Chevènement et... Christiane Taubira ! Or il a installé celle-ci au ministère de la Justice. Il est sincère, Hollande ?

Justement, Christiane Taubira, qui aurait dû recevoir le César de la meilleure interprétation féminine, ment, elle aussi, et tout le monde l’a su, en dépit de ses dénégations indignées et ridicules. Elle prétend n’avoir pas été au courant des écoutes ordonnées sur les téléphones de Sarkozy, mais les documents qu’elle a bêtement brandis devant une caméra, qui a révélé leur contenu, montraient le contraire, chacun a pu le lire sur l’écran de son téléviseur. Quant à l’affaire concernant son collègue Cahuzac, alors ministre du Budget, elles ont fait l’objet de... 54 rapports que lui ont envoyés ses propres services du ministère, rapports qu’elle prétend n’avoir pas lus !

Pour ce qui est de Manuel Valls, ministre de l’Intérieur et grand rival de la précédente, le mensonge sur le mode je-ne-suis-au-courant-de-rien est du même ordre : les écoutes et autres investigations visant Sarkozy (je ne dis pas que c’est à tort) ont été faites, sur ordre des juges, par ses propres policiers, qui rédigent eux aussi des rapports. On a donc mis ces rapports à la corbeille, au lieu de les lui remettre comme c’est la règle ? Depuis quand un ministre de l’Intérieur ne suit pas heure par heure les enquêtes sur un membre important de l’opposition ?

Enfin, last but not least, Sarkozy ment. Dans son article que publie aujourd’hui « Le Figaro », il joue les victimes d’une police politique imaginaire – qu’il compare absurdement à la Stasi, cette Gestapo de la défunte Allemagne de l’Est –, alors que, de par sa fonction d’ancien président de la République, il sait très bien que toutes les enquêtes sur ses magouilles ont été ordonnées, non pas par des procureurs, lesquels sont aux ordres du gouvernement, mais par des juges d’instruction, qui sont totalement indépendants du Pouvoir ; ils ont même assez gêné son pouvoir à lui, quand il régnait sur nos destinées. C’est d’ailleurs inscrit dans la Constitution, par le principe de la séparation des pouvoirs. Je vous rappelle que De Gaulle en personne, en 1962, n’a pu se faire obéir du Haut Tribunal Militaire, qu’il avait créé par décret à seule fin de faire condamner à mort les généraux Jouhaud et Salan, et que le tribunal s’est abstenu de le suivre pour Salan (de rage, De Gaulle a dissout immédiatement le tribunal !). Sarkozy fait du cinéma pour duper les naïfs qui ne connaissent pas ce principe.

Quant à son affirmation selon laquelle il ne souhaite rien d’autre que de vivre « comme un citoyen normal » et n’a aucune ambition politique pour l’avenir, elle ne mérite que le prix Pinocchio. Comme souvent, il ment.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :