Un con authentique : Olivier Besancenot

Publié le par Yves-André Samère

Vous cherchez un con authentique ? J’en ai un à vous proposer pour les fêtes. Il s’appelle Olivier Besancenot.

Hier soir, on l’a vu et entendu dans la Boîte à questions du Grand Journal, et lui a été posée cette question très intelligente : les Femen ont uriné publiquement sur la photo de Poutine, sur qui aimeriez-vous en faire autant ?

La réponse du crétin en question : il aimerait faire plus. En l’occurrence, je cite, « déféquer sur la place Beauvau » – c’est-à-dire sur le ministre de l’Intérieur.

NB : le 18 avril prochain, Besancenot aura quarante ans. C’est sans doute trop jeune pour acquérir les premiers signes de maturité. Je tiens pour un débile mental tout individu qui met la totalité d’un groupe humain, ici, les policiers, dans le même sac. Je l’ai encore dit il y a quelques jours. Si vous avez oublié, c’était à propos de mathématiques, ICI.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Il y a des gens qui, toute leur vie, roulent sur des rails : jamais ils ne remettent en question leurs opinions primitives. Je pense qu’on peut juger quelqu’un sur ce point précis.

Soit dit en passant, je compte faire un petit article à propos du terme que j’ai employé au sujet de Besancenot, puisque, là aussi, il y a de quoi dire.
Répondre
D
Hé oui, quand une patrouille de policiers à Marseille ramasse un homme blessé à la kalachnikov pour l'amener de toute urgence à l'hôpital, en effet, faut leur cracher dessus.
Et le regard apitoyé du gendarme qui verbalisait mon mari pour non port de ceinture, moi qui l'approuvais "bien fait, depuis le temps que je le lui dis, de mettre sa ceinture". Il n'était que
compassion et solidarité masculine.
Quand même 90 euros l'engueulade conjugale.
Répondre