Le gaullisme est-il une maladie mentale ?

Publié le par Yves-André Samère

Un lecteur ultra-gaulliste (comme 99,99 % de la population française), dont je pense deviner qu’il est très jeune – son orthographe et son vocabulaire le trahissent –, qu’il vit à Isigny, où il a décroché le Brevet des collèges l’année dernière avec mention bien, et qui aurait mieux fait de rédiger un commentaire plus court s’il avait voulu que je le valide (le commentaire, pas le lecteur), s’agace de ce que, il y a presque cinq ans, j’ai qualifié De Gaulle de « général à titre temporaire recruté par un Premier ministre britannique après de longues recherches chez les exilés inoccupés ». Et il argüe ainsi : « Ce n’est pas Churchill qui vint volontairement soudoyer le général mais le général qui vint se mettre dans les pattes de Churchill de son plein gré pour se faire entendre ».

Ça, c’est le pavé de l’ours ! En somme, Churchill n’a pas soudoyé De Gaulle (hypothèse légèrement insultante pour les deux, et que jamais je n’ai avancée), c’est De Gaulle qui serait allé tirer la sonnette de Churchill. Aujourd’hui, on écrirait qu’il est allé passer une audition – un casting, si vous préférez ce charabia. J’ai du mal à considérer cela comme plus honorable...

De toute façon, De Gaulle n’a jamais été un premier choix pour Churchill, et cela a été rapporté, je crois, par William Manchester, qui a publié une monumentale biographie de Churchill, quoique je ne suis pas certain de la source.

Par ailleurs, jouant sur les mots et parce que j’avais écrit que la Résistance française n’avait pas été créée par De Gaulle mais qu’elle avait été l’œuvre « de la piétaille des petits et des sans-grades », mon commentateur en conclut que les « meneurs n’auraient été que des lâches », mot que nulle part je n’ai employé, et qui, là encore, indique un lycéen de seconde.

C’est curieux, la dialectique : on prête à ses interlocuteurs des expressions qu’ils n’utilisaient pas, puis on le leur reproche. Georges Marchais a fait école. Mais je pardonne à ce sympathique garçon, car sa fougue est attendrissante, et il a des convictions, même si elles me font rire.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Feray 13/07/2017 17:51

Vous avez oublié cette notule. Autant que je disparaisse partout hein...

Yves-André Samère 13/07/2017 18:34

Ha ha ! Le vaniteux qui a balayé tous mes textes pour voir si on a effacé partout les traces de son passage...

Cortas 25/01/2017 22:57

Il me semble que Churchill avait dit qu'il préférait traiter avec Pétait plutôt qu'avec de Gaulle, voyant en lui un dictateur ...
Je n'aime pas de Gaulle, et possède un avis extrêmement mouvementé sur la seconde guerre mondiale... Puis je avoir le lien de l'article que ce jeune homme atteint de gaullisme a commenté svp ? En tant que bon français, je ne souhaite pas chercher trop loin, au risque de me fatiguer ...

Yves-André Samère 26/01/2017 06:51

C’était un article datant de plus de quatre ans, ici : http://y-a-s.over-blog.fr/article-de-gaulle-au-front-national-107043477.html

DOMINIQUE 21/01/2017 11:58

J'aurais apprécié que mon neveu soit de ce tonneau là (je parle de votre lecteur, pas de De Gaulle !), au lieu d'être collectionneur de chaussures de basket.

Yves-André Samère 23/01/2017 17:39

Hélas non, je n’en possède aucune paire. C’est mon point faible.

DOMINIQUE 21/01/2017 13:29

Comment ? Vous aussi vous collectionnez les chaussures de basket ?

Yves-André Samère 21/01/2017 12:31

Un échange serait peut-être possible ?