Voyage dans le temps

Publié le par Yves-André Samère

Comme je possède au plus haut point l’art de prédire l’avenir – et pardon pour ce pléonasme –, je puis déjà vous dire que, la semaine prochaine ou la suivante, « Le Canard enchaîné » s’administrera à lui-même un Pan sur le bec mérité.

Voici pourquoi. Dans le numéro publié hier 30 mai, en page 6, colonne 4, deuxième paragraphe, dans l’article intitulé Ils sont flous, ces Gaulois ! (ouarf !), tout pêcheur de perles trouvera celle-ci (de perle) : « Ainsi parlaient les vainqueurs, incarnés au Ier siècle après Jésus-Christ par Jules César ». Cette belle preuve d’ignorance de l’Histoire est donnée par Frédéric Pagès, agrégé de philosopie et ancien professeur avant d’atterrir au « Canard ». Or tout le monde sait, ne serait-ce que pour avoir lu Shakespeare, que César est mort lors des « ides de mars », donc le 15 mars, en... -44. Donc, largement avant Jésus, qui ne naîtra qu’une petite quarantaine d’années après.

Difficile de croire à une faute de frappe ou d’impression !

Je crois que je vais envoyer cette notule à la rédaction du « Canard ». Pagès va adorer.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Un client me parlait de Jules César (on a une photo dans notre bureau du buste de César retrouvé dans le Rhône à Arles) et des voies romaines en Gaule, et j'ai pu placer que J. César était mort en -44, grâce à vous ! J'aurais sursauté comme vous à la lecture de Pagès (hier je n'en étais pas encore là dans ma lecture du Canard), mais sans avoir de date précise.
Répondre
Y
Oui, le 15 mars -44. L’évènement a eu assez de retentissement. Shakespeare en a fait une pièce, qui a été jouée aux Arênes de Baalbeck en 1956.