Charlot prend le train

Publié le par Yves-André Samère

De vieux grimoires nous apprennent qu’autrefois, quelqu’un de très avisé créa ce qu’il appela le principe de Peter. Ce principe reposait sur une observation très simple, qui se vérifiait dans la plupart des hiérarchies bureaucratiques, et qui énonçait ceci : tout individu placé dans l’échelle hiérarchique tendait à en grimper les degrés, jusqu’au moment où il atteignait son niveau maximal d’incompétence. Alors, son ascension prenait fin, mais... il n’était jamais rétrogradé au niveau inférieur. Il s’ensuit qu’on pouvait en tirer cette remarquable conclusion, que tout sommet de la pyramide était forcément occupé par un incapable achevant là sa carrière.

Eh bien, il semble que la SNCF et son compagnon, le Réseau Ferré de France auquel on a refilé les voies de chemins de fer tandis que la SNCF gardait les trains qui roulent dessus (à une vitesse aléatoire), sont gouvernés par des charlots, puisqu’ils viennent de découvrir que des centaines de trains express régionaux, commandé paraît-il en 2009, sont de vingt centimètres trop larges pour les quais. Un peu comme chez Apple : avec les nouveaux modèles, il faut tout racheter. La plaisanterie va coûter, dit-on, cinquante millions d’euros (soyons réalistes, vous pouvez multiplier par trois ou quatre).

Imaginez un instant que vous demandez à une entreprise de vous installer une fenêtre à double vitrage. Un artisan viendra chez vous, mesurera les dimensions qui conviennent, et, au jour dit, on vous livrera une fenêtre qui s’adaptera parfaitement aux dimensions prévues. Il est peu probable qu’elle débordera de vingt centimètres. Eh bien, ce travail simple et basique, la SNCF a été incapable de le faire.

Combien pariez-vous que Guillaume Pépy, le PDG de la SNCF, ne sera pas renvoyé à ses chères études, et qu’on lui donnera un meilleur poste ? Moi, je mise sur une augmentation, une retraite chapeau et un golden parachute. L’exploit vaut bien cela.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Pour en revenir au" Principe de Peter"...le PDG pourrait aussi espérer une "arabesque latérale".
Répondre
Y
D’accord sur tout cela, que je n’ignorais pas. Mais seulement une remarque, je ne faisais pas une analyse. Persuadé depuis longtemps que nous sommes dirigés par des charlots (c’est dans mon titre),
je me contentais de tourner tout ça en dérision, à ma manière habituelle.

Je sais bien que je ne changerai pas le monde, je me contente d’en rire, notre société ne mérite pas davantage.
Répondre
C
Je ne suis pas d'accord avec votre analyse.
50 millions d'euros pour adapter de vieux quais, on peut estimer que c'est une goutte d'eau au regard des 15 milliards d'euros de matériel roulant commandés...

Je ne nie pas qu'il y ait eu dysfonctionnement, mais je crois surtout que la SNCF et RFF ont joué la montre pour dissimuler cette information le plus longtemps possible, tout en effectuant les
modifications nécessaires sur les installations existantes afin de préparer l'arrivée des nouveaux trains. Ils ont bien été aidés en cela par le retard pris dans la livraison des nouvelles rames
par Bombardier et Alstom.

Autre point : si les trains sont plus larges de 20 cm, ils dépassent « seulement » de 10 cm de part et d'autre de l'axe de la voie. En pratique, une valeur de quelques centimètres de rabotage a été
évoquée, je suppose à cause d'une lacune quai/train assez importante sur des quais anciens construits avant la mise en place des normes d'accessibilité aux handicapés.

Quant aux ministres qui s'expriment façon « café du commerce » sans connaissance du sujet, je tire mon chapeau... À quoi leur sert d'avoir un cabinet ministériel et une armée de conseillers ?
Les « charlots » ayant été convoqués devant l'Assemblée nationale, je suppose qu'on en apprendra un peu plus sur cette affaire.
Répondre