Être sur Facebook ? Quelle idée !

Publié le par Yves-André Samère

Il est ahurissant que des millions de gens, non seulement ouvrent une page sur Facebook, mais surtout, qu’ils y placent des renseignements confidentiels. Ce genre d’imprudence peut se retourner contre vous, on le constate tous les jours.

Ainsi, certains exhibitionnistes y placent leur photo, en un ou plusieurs exemplaires, et je vois mal pourquoi. Il n’existe de moi aucune photo sur Internet (à vrai dire, naguère, un camarade avait mis une photo de groupe où je me trouvais, mais je lui ai demandé de la supprimer, et il l’a fait), et, parmi mes centaines de lecteurs, seuls trois m’ont rencontré personnellement. On en restera là, d’ailleurs, et je ne compte pas augmenter ce nombre : vous ne pouvez pas imaginer la liberté que cela vous donne !

Je dois bien posséder une demi-douzaine d’appareils photo, surtout des Nikon, mais jamais il ne me viendrait à l’idée de me faire mon autoportrait. Qui cela pourrait-il intéresser ? Quant aux caméras, je les fuis – pourtant, dans mon quartier, on filme beaucoup pour la télé –, et on m’a très peu vu à la télévision. Lorsque j’allais chaque semaine à l’enregistrement du Vrai Journal de Karl Zéro, je me couchais sur le sol, me vautrant sur des coussins (on pouvait faire ça, au début), au-dessous du champ des caméras, et je ne me trouvais donc presque jamais dans le cadre. Lorsque Karl et Michel Malausséna ont vendu la société de production à Endémol et que tout a été caporalisé, cette aimable pratique a été supprimée, et j’ai cessé d’assister à l’émission.

Une fois, une seule, j’ai été filmé longuement par une équipe de télé. Passant rue de Lappe, je l’avais vue interroger les passants pour un quizz sur la série Friends, j’ai tendu l’oreille, et constaté que les jeunes qu’on questionnait « séchaient » lamentablement – honte à eux. Je connaissais les réponses, j’ai donc lancé celle qu’il fallait, et le questionnaire a continué avec moi en vedette, si je puis dire. À la fin, on m’a demandé de signer la traditionnelle décharge par laquelle j’autorisais qu’on diffuse ma bobine à la télé, ce que j’ai fait. Eh bien, le croiriez-vous ? je n’ai même pas demandé sur quelle chaîne passerait l’émission. De toute façon, je ne l’aurais pas regardée, je me connais déjà !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Je connais Instagram, j’ai examiné ce qu’il pouvait faire (enjoliver les photos en les coloriant), puis je m’en suis débarrassé, pour cause d’inutilité flagrante. On dirait un jouet pour les
enfants de la maternelle.

Internet, je m’en sers tous les jours, mais pas pour montrer mon frais minois aux foules admiratives. Ce qui ne vous simplifie pas la vie ne mérite que la poubelle.
Répondre
D
Oh, en plus il me semble maintenant qu'il y a "instagram", avec des photos de sa vie exaltante.
Internet n'a pas grand chose à voir avec tout cela, ce n'est qu'un outil pour atteindre certaines informations, des horaires d'ouverture des magasins aux peintres du quattrocento.
Répondre
Y
Internet et Facebook, ça fait deux. On utilise le premier parce qu’il rend de grands services, notamment en matière de recherche. Facebook ne sert que le narcissisme, en effet, et la publicité.
Répondre
C
Facebook, YouTube et autres forums sur internet ont montre a quel point les gens etaient avides d'espaces pour etaler leur narcissisme et exhiber leur vie qui, je vous le concede volontiers,
n'interesse pas grand monde.
Internet permet a tous de 'exprimer a bon compte et il faut trier le bon grain de l'ivraie.
Les commentaires offrent aussi la possibilite aux gens d'exprimer une opinion qui, tres souvent, n'offre que peu d'interet. Je suis moi-meme dans cette mise en abyme...
Répondre