Les homosexuels et le pape

Publié le par Yves-André Samère

Avant-hier, le pape, qui est d’origine allemande, a cru bon d’aller se balader dans son pays natal, et, à sa grande surprise, il y a été mal accueilli, principalement de la part des homosexuels et des partisans de l’avortement. Pas de surprise, ces deux thèmes, avortement et homosexualité, sont récurrents dans les manifestations antipapistes. Et certains sont allés jusqu’à parler de « crimes contre l’humanité » à propos des positions de l’Église catholique. Mais que voudrait-on ? Que la pape prenne la tête d’une manifestation en faveur de tout ce que condamne sa petite société Vatican and Co., qui déjà bat de l’aile et perd de plus en plus de ses adeptes ?

Je n’ai aucune sympathie pour l’Église catholique, dont la propagande a gâché pas mal d’existences, avec ses condamnations absurdes sur la sexualité. Mais enfin, gardons-nous de dire et d’écrire n’importe quoi. Que, par exemple, l’Église catholique est responsable de « crimes » contre les homosexuels, et autres inepties. En France, le dernier crime imputable à l’Église, c’est le supplice du chevalier de la Barre, en 1766, et qui n’était pas homosexuel, à ma connaissance. On avait accusé notamment ce jeune homme de 19 ans de ne pas avoir ôté son chapeau au passage d’une procession ! Voltaire, entre autres philosophes, a écrit sur cette affaire un article, Torture, dans son Dictionnaire philosophique.

Or, Voltaire était par ailleurs actionnaire d’une société qui faisait du trafic d’esclaves ! Ce rapprochement que je fais est pour souligner que tout cela, qui se passait il y a plus de deux siècles, relève d’une manière de penser qui n’a plus rien à voir avec la nôtre.

On ne peut donc pas juger l’Église contemporaine, ni quoi que ce soit d’autre, à la lumière des idées de notre temps. Martyriser les homosexuels, aujourd’hui, c’est en Iran que cela se pratique. Il y a eu également des exécutions en Chine sous Mao (voir Prisonnier de Mao, un récit de Pasqualini, un Franco-Chinois d’origine corse qui a été témoin de tout cela).

Encore une fois, ce que je viens d’écrire n’est pas une défense de Benoît XVI, dont je me fous, mais une défense du bon sens. Il s’agit de ne pas se tromper de cible.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 24/09/2011 18:40


Oui, mais... Croissez et multipliez !


DOMINIQUE 24/09/2011 18:18


On peut reprocher à l'Eglise catholique d'avoir condamné l'utilisation des préservatifs. Et cela n'a rien à voir avec les homosexuels, mais avec la prévention du SIDA en général.
Et ne faire que reprocher.