Oui, exterminons les requins !

Publié le par Yves-André Samère

Il faut être crétin comme un surfeur et mériter son inscription sur le « mur des cons », pour apostropher un ministre dans la presse, sur le mode « Moi je paye mes impôts et je veux pouvoir satisfaire ma passion où je veux et quand je veux ». Cela, parce qu’hier, à la Réunion, un surfeur a été attaqué à deux reprises par un requin, qui l’a tué.

Que veut ce surfeur, et sans doute ses copains amateurs de planche ? Que le gouvernement lance la chasse aux gros poissons, afin d’exterminer tous ceux qui empêchent des oisifs de s’ébattre à leur aise à la surface de la mer ?

J’ai déjà parlé de cela une fois, et j’y reviens pour ceux qui ne m’ont pas lu : il n’y a aucune « mauvaise intention » chez le requin. Ce n’est pas un criminel, comme certains humains. Le requin s’en prend aux hommes pour deux raisons : soit il a faim et n’a rien trouvé d’autre, soit on le dérange, il se croit en danger et donc se défend. Ce n’est pas de la méchanceté, c’est un instinct naturel.

Outre cela, le requin participe à l’équilibre de l’écosystème dans lequel il vit, en dévorant les animaux faibles ou malades qui gêneraient l’évolution. À quoi sert le surfeur ? À rien. Ce n’est qu’un intrus, dans le milieu marin.

(Et on notera que si cet amateur de surf est mort, c’est pour avoir ignoré l’avertissement officiel, prévenant que cette partie du littoral était fréquentée par des requins, donc potentiellement dangereuse. Ce qui a causé sa mort, c’est son inconscience. Je n’ose pas dire « sa connerie », on ne dit pas du mal des morts, qui sont tous des braves types).

Ah, j’oubliais ! Quand j’étais enfant, et parce que, né dans une ville où les tremblements de terre étaient fréquents, les récits de ma famille me faisaient grand peur, vous savez à quel ministre j’aurais dû écrire ? Et puis, les éruptions volcaniques, elles ne vous effraient pas ? Là, je suppose que c’est Mélenchon, le spécialiste des éruptions.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Ils n’étaient pas plus économes de la sécurité des autres quand ces engins n’existaient pas encore !
Répondre
D
Oublié de dire que ces inconscients en montagne ou en mer pensent être en sécurité parce qu'ils ont... leur téléphone portable.
En mer, c'est sûr, il y a des relais téléphoniques plantés sur l'eau.
Répondre
Y
En écrivant ce petit billet, je pensais justement à la montagne : des imprudents se lancent dans l’aventure sans se renseigner au préalable, se mettent dans la pétrin, et il faut ensuite
mettre en danger les équipes de secours pour aller les récupérer.
Répondre
D
Si quelqu'un s'amusait à s'installer dans votre salon, ouvrir votre frigo, sans demander votre avis... le requin a bien réagi.
Autant je suis très triste quand des marins-pêcheurs se noient, autant je n'ai aucune compassion pour les touristes en montagne ou en mer. En montagne, tout le monde fait attention aux orages, aux
éboulis, aux changements brusques de temps (brouillard)(je ne parle pas de la neige, c'est hors de question).
Pour la mer, du moins l'Atlantique que je connais mieux, l'océan est pris très au sérieux... et c'est tout ce que vous voulez, mais pas un terrain de jeux.
Répondre
Y
D’abord, la plupart des journalistes se donnent bonne conscience en prêchant l’écologie. C’est donc pittoresque de les voir et entendre soutenir le massacre d’animaux qui, justement, favorisent
cette chère Nature qu’ils font mine de révérer.

Quant à l’affaire du requin de la Réunion, ça ne s’est sûrement pas produit dans un lagon. Il n’y en a pas à Saint-Gilles.
Répondre
D
Ah mais il a presque gagné ce consommateur-contribuable! Un élu réunionnais a annoncé qu'il fera tout pour obtenir un arrêté municipal autorisant la chasse au requin bouledogue.
Bien sûr cela doit faire peur de fréquenter de si près cet animal, mais...il est chez lui et s'il s'approche si près des plages c'est que quelque chose au large le dérange. (pêche? touristes?
famine?)
Comme disait ce matin l'inéffable P clarck qui n'ose plus afficher de commentaires sur sa page FI, dans sa compassion pour ce touriste qui a tous les droits puisqu'il paie : "P... de lagon!"
Sauf que...un instant avant un journaliste nous expliquait que le lagon est un endroit sûr pour le baigneur: il n'y a pas de requins.(moi, je n'en sais rien, je n'ai jamais eu la chance de me
rendre là-bas, malheureusement)
Enfin...un journaliste a le droit de défendre les grandes causes!
Répondre