Pour ou contre le livre électronique ?

Publié le par Yves-André Samère

Dans « Le Canard enchaîné » de cette semaine, en page 5, on peut lire un article qui évoque l’opinion de Frédéric Beigbeder sur les livres numériques – ceux qu’on lit avec une « liseuse », c’est-à-dire une tablette électronique. Ces gadgets peuvent s’approvisionner sur Internet en livres soit payants (trop chers, presque le prix du livre sur papier), soit gratuits. Leur mémoire étant suffisante, selon les cas, pour emmagasiner des dizaines, voire des centaines de livres au format PDF (format incapable de s’adapter au format de la tablette parce que la mise en page est figée), soit au format EPUB (plus volumineux, mais qui s’adapte à l’espace de l’affichage et peut gérer le passage à la ligne en fonction de la place disponible, comme les traitements de texte), il s’ensuit que vous pouvez avoir dans votre poche autant de livres que vous le désirez, et passer instantanément de l’un à l’autre avec un simple effleurement de doigt – sorte de zapping qui favorise la dispersion, et donc défavorise la concentration et la lecture.

Beigbeder est hostile aux livres électroniques, et il a des arguments que je vous invite à découvrir, soit dans « Le Canard », soit dans son livre Premier bilan après l’apocalypse, soit dans « Le Point » du 8 septembre où il a donné une interview. Sa crainte est que le livre électronique finisse par provoquer la mort des librairies, et ce n’est pas absurde. Bien la peine que Jack Lang les ait sauvées en 1981 !

Comme j’ai un peu d’expérience du livre électronique, voici un argument supplémentaire, fondé sur cette expérience. Lorsque vous lisez un livre électronique sur une tablette, il se produit un phénomène curieux, qui n’apparaît pas avec un livre sur papier : vous êtes pressé d’arriver au bas de la page et de la « tourner » – en fait, vous ne tournez rien, vous passez à l’écran suivant –, et vous regardez fréquemment les paramètres pour voir où vous en êtes dans le livre. Cela finit par devenir obsédant, vous lisez de plus en plus vite (du moins vous le croyez) et avec de moins en moins d’attention, si bien que, fréquemment, vous vous trouvez obligé de revenir en arrière, sur la page précédente, parce que vous avez perdu le fil. Finalement, vous vous comportez comme un boulimique et comme un idiot.

J’ignore à quoi est dû ce phénomène, sans doute à la présence d’un écran, qui exerce une sorte de fascination par son côté irréel. Toujours est-il que vous lisez moins bien et que le texte vous échappe en partie.

Naturellement, le livre électronique n’a pas que des inconvénients, il a même quelques avantages, dont le principal est économique : une immense réserve de livres tombés dans le domaine public, donc gratuits. Mais enfin, les inconvénients sont évidents, dont celui-ci : on n’a jamais vu un livre sur papier devenir illisible parce que la batterie était déchargée !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 03/10/2011 11:29


J’ajoute que pronostiquer la mort du papier est prématuré. On conserve les documents sur papier durant des siècles (un de mes cousins, historien de l’Art, et qui travaille sur ce genre d’archives,
pourrait en témoigner). En revanche, le CD et le DVD enregistrés chez soi ont une durée moyenne de dix ans. Ceux enregistrés industriellement, on ne sait pas encore, c’est trop récent. Une autorité
qui prendrait la décision de tout transférer sur un support électronique et d’abandonner le papier prendrait un très gros risque, aux conséquences plus graves que l’incendie de la bibliothèque
d’Alexandrie.


Yves-André Samère 03/10/2011 11:19


Très bien, j’ai compris, vous acceptez tout, et moi je sélectionne. Et alors ? Chacun fait ce qu’il veut, éprouve ce qu’il peut. Mon article se contentait de décrire ce que JE ressentais en lisant
un livre sur une liseuse. Je ne condamnais ni ne louais rien, et j’étais beaucoup moins radical que Frédéric Beigdeder.


kotec 03/10/2011 10:33


Sans polémiquer, nous avons mieux à faire, je faisais un paralllèle avec le cd et les mp3 dans l'optique du support physique. Le vinyl était un peu fragile et emcombrant, le CD est de meilleur
qualité (sauf pour les audiophiles...)et ne se dégrade pas trop, et le mp3 est dématèrialisé complètement. Oui, le mp3 à été lancé par sa facilité à copier, mais il est quand même plus pratique à
manipuler que le CD. Dans ma voiture, je ne me sert plus du tout de CD au profit d'une carte SD ultra plate. Le phénomène est similaire à celui observé dans le monde de la photographie. Essayez de
trouver du papier photo NB pour tirer vos négatif dans la salle de bain comme dans les années 70/80. De même pour les négatifs couleurs et les bandes magnétiques, mon vieux Uher Royal de Luxe s'en
retourne dans sa déchèterie (snif !, c'était ma jeunesse). Les fabriquants de papiers et de pellicules ont laissé tomber les uns après les autres. Le papier va suivre dans les 20 ans qui viennent.
On peut le regretter, mais diffice de rejeter le PROGRES, mon pauvre monsieur. :-))
Avec toujours du plaisir à vous lire, bonne journée.
Le chat gris


Yves-André Samère 30/09/2011 19:50


Je ne sais pas bien ce que signifie « prise de tête », en l’occurrence, mais peu importe. L’effet que j’ai décrit, c’est celui que j’ai ressenti, et je ne sais pas ce qu’éprouvent les
autres.

Le parallèle avec les CD, les disques de vinyle et les MP3 me paraît bien confus. Le CD et le vinyle sont matériels, et il n’existe pas de différence de nature entre eux. Le MP3 n’a réussi que
parce qu’il permettait le piratage. Ce n’est pas la seule raison de son succès, mais cela a compté pour beaucoup.


kotec 30/09/2011 18:33


Votre commentaire sur les liseuses est un peu "prise de tête". je lis avec depuis trois mois et je n'ai remarqué si ressenti les symptômes que vous décrivez. C'est probable que le livre
électronique finira par tuer le livre papier, un peu comme le CD a tué le vinyl, et comme les fichiers mp3 tuent le CD. Encore quelques années de dev. et les liseuses seront aussi agréables qu'un
exemplaire papier. Le zapping est douteux, quand je lis un Epub, je le lis, sans changer toutes les 5 mn de fichiers.
Je change quand j'ai fini. Mais je suis vieux et j'ai lu déjà quelques milliers d'ouvrages papier. Pour info, c'est plusieurs milliers de fichiers Epub que l'on peu emporter avec soi.... et merde,
c'est pratique !